"Not All that Jazz"

Compte-rendu Ron Carter Quartet, 4 juillet 2015 @ Ludger-Duvernay…

In Compte-rendu on 20 décembre 2015 at

Lorsqu’une légende de la contrebasse débarque en ville pour jouer sa musique, tu te considères chanceux d’être dans la salle.

Ron Carter meuble mon univers musical principalement grâce à son association avec le deuxième quintette de Miles Davis. Je ne peux prétendre l’avoir beaucoup écouté en tant que leader. J’ai seulement deux albums, Bass and I (Blue Note, 1997) et Where (Prestige, 1961). Je le connais plutôt en tant qu’accompagnateur sur des dizaines d’albums, surtout chez Blue Note et CTI. Sur son site internet, on peut lire qu’il participa à plus de 2 000 albums… 2 000 ! L’étoffe des plus grands.

Ron Carter Quartet, 4 juillet, salle Ludger-Duvernay, 20h

Pour ce concert, Carter était accompagné de son groupe Foursight, dans un concept nommé Dear Miles (du moins sa tournée européenne porte ce nom, et vu la setlist de samedi soir, je crois que nous avons eu la même matière). Outre Ron Carter à la contrebasse, le groupe est formé de la pianiste Renee Rosnes, du batteur Payton Crossley et du percussionniste Rolando Morales-Matos. Ce dernier vola presque le show ! Ce fut une soirée élégante, où le jazz proposé regardait définitivement vers le passé. L’axe principal fut la musique et l’univers de Miles Davis, avec des pièces comme « If I Were A Bell », « Blue In Green », « My Funny Valentine », « You and the Night and the Music ».

Mid-tempo dans l’ensemble, avec quelques moments plus rapides, la musique du quatuor s’enraçinait dans les influences du jazz modal, du post-bop, le tout pimenté par des saveurs latines et western. Il fallait voir Rolando Morales-Matos se démener aux percussions, sortant des tours de son sac, regardant le public, s’amusant, saupoudrant les pièces de multiples sons et bruits. Parfois, on croyait entendre un cheval galoper dans la prairie, ou des insectes bourdonner dans la pampa. Une révélation dans mon cas, ce percussionniste. Très belle utilisation dans ce format en quatuor. Lui et Carter semblent posséder une belle chimie, et ils échangeront quelques beaux duos.

Pour sa part, la pianiste Renee Rosnes joue dans un registre rappelant nécessairement Bill Evans et Wynton Kelly, une approche assez impressionniste. Elle accompagne parfaitement le leader et le percussionniste, qui sont ici les têtes d’affiche. Ron Carter joue assis sur un tabouret et ne fait pas ses 78 ans. Grand, un colosse du jazz qui en impose par sa voix lorsqu’il prend le micro, histoire de présenter les morceaux avec une touche d’humour à l’avenant. De son instrument, il dégage un beau son rond, très boisé et chaud. Il n’impressionne pas tant par la vitesse de son jeu, mais plutôt par sa précision et les multiples variations qu’il apporte au niveau du rythme. Il aime beaucoup citer des œuvres du canon jazz, les oreilles averties captant ne serait-ce que le début d’un thème que le voilà déjà ailleurs. Il prit un excellent solo sur « Blue in Green », où il cita Bach (Suites pour violoncelle).

Toutefois, le son était encore un peu déficient à la salle Ludger-Duvernay, comme lors de mes deux concerts précédents (Enrico Rava et Vijay Iyer). Le percussionniste fit des gros signes au gars de la technique pour lui demander de monter le son de la contrebasse, étouffée dans le mixte. Les choses s’améliorèrent tranquillement par la suite, sans que cela ne gâche la soirée.

Le concert se termina par un beau rappel, pendant lequel Carter joua un solo pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs qui quittèrent le cœur joyeux et l’âme en paix, Ron Carter se permettant même un « See you next year ».

-Maxime Bouchard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :