"Not All that Jazz"

Critique, Rio de Keith Jarrett…

In Journal d'écoute/Critique de disque on 28 novembre 2011 at

Keith Jarrett, Rio, ECM, 2011; ****

Il y a un certain culte entourant le pianiste Keith Jarrett. Les billets pour ses concerts se vendent à de forts prix, que ce soit avec son trio ou en solo. Il est adulé un peu partout sur la planète. J’ai souvenir d’un dîner de Thanksgiving il y a quelques années. J’étais chez un couple d’amis plus âgés. Lui était amateur de jazz. Sur le mur près de l’entrée j’ai tout de suite remarqué quelques artefacts jazz. Il avait encadré son billet première rangée du dernier concert de Keith Jarrett Trio à Montréal avec une photo des trois musiciens qu’il avait lui même pris à ses risques et périls  (lorsqu’on connait le tempérament de Jarrett, les photos sont strictement interdites lors des ses performances, sinon il refuse même de jouer s’il sent le moindre flash ou clic !) Visiblement Jarrett était son idole (il y avait aussi une jolie photo d’Elvin Jones tout souriant avec un chandail du Canadien sur le dos…) Bref à partir de ce moment là, je me suis intéressé davantage à son oeuvre imposante. Je me suis penché du côté de Mysteries:Impulse Years 1975-1977 avec Deway Redman et Paul Motian. Puis, suis passé du côté de son trio avec Gary Peacock et Jack DeJohnette notamment sur le fabuleux boîtier Keith Jarrett at the Blue Note: The Complete Recordings, enregistré en 1994. Finalement, j’ai écouté ses concerts solos avec le célèbre The Köln Concert de 1975 ou plus récemment Paris/London (Tastement).

Le 9 avril 2011 au Theatro Municipal de Rio au Brésil, Jarrett donna le 3e concert d’une série. Ce dernier fut un véritable accomplissement, tellement qu’il le qualifia lui-même comme étant l’un de ses meilleurs des récentes années. Ceci nous donne l’album double Rio. Divisé en 15 parties ce récital improvisé s’inscrit comme la somme de ce que peu nous offrir le pianiste en solo. Il demeure l’ultime pianiste jazz en solo pour l’instant. Il suffit d’écouter ce concert pour s’en convaincre. Tout y est improvisé, ce qui rend l’exercice d’autant plus fantastique. Plusieurs ambiances se développeront durant l’heure et demi offerte, les pièces se déclinants entre 3 et 8 minutes. Ça débute plutôt free avec une bonne impro musclée très abstraite et polyphonique (il y aura 3 improvisations dans ce genre), avant de tomber dans quelque chose de plus mélancolique et pensif. Le ton général est là, une approche très romantique, poétique, nostalgique où la musique brésilienne imprégnera l’ensemble. Les racines blues, swing et gospel seront aussi soulignées. L’imagination de Jarrett s’exprime instantanément dans les tableaux qu’il brosse de son énergique doigté tout en nuances. Nous avons parfois l’impression d’entendre des pièces complétement écrites tellement la pensée développée est claire, précise et forte. La prise de son est parfaite et l’on entend un peu moins Jarrett marmonné dernière son piano que par le passé. Voilà un disque qui se bonifiera avec les nombreuse écoutes qu’il requiert afin d’y découvrir toute sa profondeur…du grand Jarrett, si vous l’aimez !

avec:

Keith Jarrett, piano

liste des pistes:

Part I à Part XV

entrevue sur le site de NPR avec Keith Jarrett.

-MB.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :