"Not All that Jazz"

Critique, Appearing Nightly du Carla Bley Big Band…

In Journal d'écoute/Critique de disque on 28 octobre 2011 at

Carla Bley Big Band, Appearing Nightly, ECM/Watt, 2008; ***1/2

Pour certains, le big band est une forme de jazz révolue, dépassée, reflet d’une glorieuse époque n’ayant plus rien à voir notre « post-modernité 2.0 ». Aucun intérêt envers cette forme de jazz « figée » dans le temps vous diront-ils. Reste qu’aujourd’hui, le big band existe toujours et se porte relativement bien (on pense à l’orchestre de Maria Schneider, à Darcy James Argue, Christine Jensen, Big Phat Band…) Dans mon cas, je dois dire être un fan du Dave Holland Big Band de même que du Vienna Art Orchestra. Dans le domaine des grands ensembles, Carla Bley fait figure d’autorité. Superbe à la composition, elle est aussi une pianiste de bon niveau, sorte d’intellectuelle du jazz. Présent sur la scène internationale depuis plus de 30 ans, son big band a su évoluer au fil du temps. En juillet 2006, au New Morning de Paris, ils ont enregistré la musique que l’on peut entendre sur cet album.

Le concept se veut un hommage à la grande époque swing et big band des années 50. La pièce de résistance est la composition en 4 mouvements Apearing Nightly at the Black Orchid. En 25 minutes, Bley propose une relecture agréable de l’époque en forme de clins d’œil aux grands compositeurs du temps et même avant (entendre ici le Tin Pan Alley). En fait, tout l’album est truffée d’humour et de citations en filigrane (Duke Ellington, Stan Kenton, Herbie Hancock, Dizzy Gillespie…) La musique est par le fait même sophistiquée, joyeuse et rythmée. De bons solos viendront pimentés les riches arrangements contemporains. Sans être un album essentiel voilà un bel exemple des possibilités modernes d’un big band ayant un fort rapport au passé tout en étant dans le présent.

avec:

Earl Gardner, Lew Soloff, Florian Esch : trompettes

Beppe Calamosca, Gary Valente, Gigi Grata, Richard Henry : trombones

Roger Jannotta : saxophones soprano et alto saxophones, flûte

Wolfgang Puschnig : saxophone alto, flûte

Andy Sheppard et Christophe Panzani : saxophones ténor

Julian Argüelles : saxophone baryton

Carla Bley : piano, direction d’orchestre

Karen Mantler : orgue

Steve Swallow : basse

Billy Drummond : batterie

liste des pistes:

Greasy Gravy, Awful Coffee, Appearing Nightly at the Black Orchid, Someone to Watch, I Hadn’t Anyone ’Till You.

-Maxime Bouchard

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :