"Not All that Jazz"

Compte-rendu, Mark Segger Sextet, 13 octobre 2011 à la Sala Rossa…

In Compte-rendu on 21 octobre 2011 at

Marie-Eve Boulanger partage ses impressions du concert du Mark Segger Sextet présenté dans le cadre de l’Off Festival de Jazz 2011

Mark Segger Sextet

Sala Rossa, le 13 octobre 2011

Un des meilleurs moments de l’Off, à mon avis, livré dans une salle extraordinaire, la Sala Rossa.

Au début, c’est le mystère. Improvisation batterie et trompette en duo, rejoint rapidement par le saxophone ténor de Chris Willies et le trombone de la très talentueuse Heather Segger. Un thème lourd de sens aux accents circassiens. Oui, circassiens. On est entraînés dans une valse burlesque qui plafonne lorsque la pianiste Tania Gill se met à souffler dans un mini-piano (un melodica). Magique.

Mark Segger, que je ne connaissais pas, fut toute qu’une découverte pour moi. Ce concert est celui qui m’aura le plus marqué pour la diversité des influences présentes dans sa musique et l’enchaînement du répertoire. Parfois burlesque aux influences d’outre-mer (l’Europe de l’Est, notamment) et bien américaines, on a eu droit à de belles sonorités soutenues par la contrebasse sans failles de Rob Clutton. J’ai trouvé les harmonisations équilibrées, très importantes pour un sextet. Segger ne prône pas les arrangements de blocs à tout coup et ça permet à l’auditeur d’apprécier le talent des musiciens de façon singulière ou plurielle, indépendamment des contextes.

Au niveau du registre, c’est moderne mais mélodique (avec réserve). Ce concert est à mon avis le plus accessible qu’il m’ait été donné de voir. On rencontre souvent un même motif, un thème de base à temps inégal, repris par la suite dans différentes tonalités par les autres instruments. C’est quasi-sérialiste mais compréhensible, soutenu par une intensité parfois digne de celle du saxophoniste américain David Binney. Cependant, les choses ont tendance à se corser lors des improvisations de groupe fréquentes qui elles, partent dans tous les sens. Les musiciens sont excessivement exacts et font preuve d’une belle unité. En bref, un concert frappant droit dans le mille nous prouvant encore une fois que l’Off festival de jazz est aussi distinct que ses interprètes.

Jim lewis, trompette

Chris Willies, saxophones et clarinette

Heather Segger, trombonne

Tania Gill, piano et mélodica

Rob Clutton, contrebasse

Mark Segger, batterie

-Marie-Eve Boulanger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :